IMG_20201019_141154.jpg
Le chemin de fer fut le moteur d'un nouveau mode de vie, inspirant à Antonin Dvorak ses plus belles pages. A défaut d'un nouveau continent, ces hommes et leur savoir faire permirent à la Corrèze de rentrer de plein pied dans la modernité, et la poésie du quotidien.
LOGO VISIONNER.jpg
 

Daniel Fraysse, debout à gauche, au second plan, sur  la locomotive, pour le dernier voyage de la Piguet.

Si vous reconnaissez  des personnes ou des lieux, nous sommes preneurs de toutes vos bonnes informations.

MEME ANNA INA.jpg

Avec Anna et Alexandre Fraysse, les parents de Roger, la Mémé et le Pépé.

LOGO VISIONNER.jpg

UN CLIC SUR ANNA SVP

piguet030.jpg
LOGO VISIONNER.jpg
Un clic sur cette locomotive , souvent affectueusement dénommé "la libellule", pour en savoir davantage sur notre Piguet 030 stationnée aujourd'hui en baie de Somme.
Pour les plus voyageurs d'entre-vous, il sera bientôt possible de la voir en fonction, avec vous à bord, à toute vapeur...

Ce furent plusieurs corps de métier qui œuvrèrent pour la construction du viaduc et ses accès. Des terrassiers aux maçons qui défiaient les lois de l’équilibre pour monter les deux piles de plus de 40 mètres chacune.

 

Puis les ouvriers de l’entreprise Arnodin qui assemblèrent sur place les pièces du puzzle qui avait été fabriqué dans leurs locaux à Châteauneuf sur Loire.

 

C’est grâce au télécharge actionné par une locomotive à vapeur chauffée au bois côté Lapleau que put commencer le montage du viaduc.

 

Voir les photos de cette construction force encore davantage l’admiration    que l’on peut porter à tous ces hommes qui trimèrent durant trois ans et dont on peut encore aujourd’hui admirer le travail.

 

Le tablier et les câbles qui le suspendent forment un ensemble de 300 tonnes d’acier qui permit lors des essais de mai 1913 le passage d’un train de 140 tonnes.

La ligne Tulle Ussel est née d’un projet daté de 1903 qui prit forme en avril 1908 avec la parution du décret la déclarant d’utilité publique.

 

Les difficultés liées au tracé firent que celui-ci emprunta le plus souvent les routes qui reliaient les villages desservis ; mais il restait un obstacle majeur à surmonter : le franchissement de la vallée de la Luzège.

 

Il fut donc décidé de construire un viaduc à l’endroit où la gorge était la plus resserrée, selon le système « Gisclard », du nom de son inventeur qui en avait construit un à côté de Mont-Louis dans les Pyrénées Orientales quelques années plus tôt et qui y avait laissé la vie.

 

Les travaux de construction de la voie métrique débutèrent en 1909 et ceux du viaduc des Rochers Noirs en 1910.

Cet exploit fut salué par la venue le 11 septembre 1913 du Président de la République Raymond Poincaré. Il prit le train aux Tournadoux, franchit le viaduc pour se rendre à Lapleau où l’attendait le Sénateur Maire Rouby au milieu de la foule en liesse.

 

Pendant près de 50 ans le «tacot » desservira les petites communes le long de sa ligne de Tulle à Ussel.

 

Malheureusement le progrès et l’arrivée des camions et des automobiles signeront son arrêt de mort. Il effectuera son dernier voyage le 31 décembre 1959.

LE SAVIEZOUS ?

Après le "Pony Express" du Far West, l'ouest américain, le Service Postal" corrézien, dans notre tacot.

 

Le tramway Corrézien  fonctionnait au début du siècle dernier en particulier entre Tulle et Ussel en passant par : Marcillac, Lapleau, Neuvic, dans cette partie de la Corrèze qui n'avait pas de ligne de chemin de fer, encore moins de grande route.

La Poste s'intéressait bien sûr à ce moyen de transport et installa à son bord des agents convoyeurs.

Un convoyeur est un agent des postes installé dans un compartiment voyageur. Il lève les boîtes des gares et la boîte du train en fin de parcours.

Il appose sur les correspondances un cachet à bord «ondulé». Ces cachets sont dits des cachets de convoyeurs-ligne.

Il y avait généralement un libellé pour l'aller et un autre pour le retour. Ces trajets étaient articulés autour des trajets "Ussel / Neuvic / Lapleau / Tulle".

En ce qui concerne Lapleau ce service existait :

Lapleau à Ussel (et retour) entre 1914 et 1938 et Lapleau à Tulle (et retour) entre 1921 Et 1939.

Le tramway de la Corrèze avait ainsi tout d'un grand train.

Alexandre Fraysse, ancien du tacot, le père de Roger, le Pépé Alexandre.

©2020 par viaducdesrochersnoirscorreze. Créé avec Wix.com

1external-content.duckduckgo.com